L’aloe vera

Qui n’a jamais entendu parler de l’aloe vera ? Cette plante aux effets mondialement reconnus figure parmi les plus couramment utilisées en naturopathie. Toutefois, il importe de savoir comment et dans quels cas précis recourir à cet extrait végétal aux effets bienfaiteurs.


Présentation


Célèbre pour son action apaisante sur la peau en cas d’affection cutanée (démangeaisons, brûlures légères, acné, eczéma, psoriasis, furoncles…), l’aloe vera cache une quantité d’autres applications possibles.

En effet, il fait partie des « plantes succulentes » aussi nommées plantes grasses. Cette qualification désigne des végétaux riches en sel et possédant une grande capacité de stockage d’eau, ce qui leur permet de survivre et de s’adapter en milieu aride. D’ailleurs, l’aloe vera est cultivé dans les régions méditerranéennes, au Cap-Vert mais aussi en Afrique du Nord et aux Îles Canaries.

Aujourd’hui, tout le monde connaît les bienfaits de l’aloe vera. Très utilisé en phytothérapie, en cosmétique, ou en naturopathie pour ses propriétés détoxifiantes. Mais en réalité, l’aloe vera est connu depuis des millénaires puisque l’on trouve trace de son utilisation dans l’Egypte antique ainsi que durant l'Antiquité.

Au point que, dans son journal de bord, alors qu’il naviguait sur le fameux Santa Maria, Christophe Colomb expliqua que l’aloe vera avait littéralement sauvé ses marins, soumis aux maladies et à la malnutrition. Il écrivit : « Quatre végétaux sont indispensables à la vie de l’Homme : le blé, la vigne, l’olivier et l’aloès. Le premier te nourrit, le second te réjouit, le troisième t’harmonise et le quatrième te guérit. »


Culture de l’aloe vera


Du fait de pousser facilement et d’offrir quantité de bienfaits, la culture de l’aloe vera s’est étendue tour à tour aux médecines traditionnelles d'Europe, du Moyen-Orient, d'Afrique du Nord mais aussi d'Inde, de Chine, d'Asie et d'Amérique.

En matière de botanique, l’aloe vera (de son nom latin aloe barbadensis) fait partie de la famille des liliacées (autrement dit, il s’agit d’une plante qui, lors de sa germination, présente d’abord une seule feuille). Il pousse sur des sols sablonneux, dans le cadre de régions au climat subtropical, marquées par la chaleur (avec des températures comprises entre 18 et 30 °C) et surtout, sans pluies répétées ni excès d’eau.

Ainsi, si vous habitez sur la côte méditerranéenne, en Corse ou que vous possédez un jardin particulièrement bien abrité avec serre, il vous est possible d’en faire pousser directement à la maison ! D’autant que l’aloe vera vit très longtemps. Lorsqu’il est cultivé en pot, ce végétal peut atteindre 30 à 40 cm et produit beaucoup de rejets comme bon nombre de plantes grasses.

Toutefois, il est important d’apprendre à distinguer les aloès d’autres plantes d’apparence similaire. Les aloès ont un cœur de plante ouvert. Leurs feuilles sont reconnaissables à leur nature cassante. Elles sont disposées en forme de petite rosace et constituent une sorte d’entonnoir qui permet aux plantes de récupérer la moindre goutte d’eau de pluie. De leur côté, le cœur des agaves est toujours fermé. Les agaves ont des feuilles filandreuses et elles ne fleurissent qu'une seule et unique fois.


Principes actifs


Parmi les principaux principes actifs de l’aloe vera, se trouvent l’aloïnes A & B. Pour information, l’aloïne est un « composé amer de couleur jaune-marron » qui, une fois séché, est souvent utilisé pour « donner de l'amertume aux boissons alcoolisées commerciales ».

L’aloe vera est également riche en vitamines (A, B1, B2, B4, B6, B9, B12, E) et en acides aminés (dont la lysine, la valine, la leucine…), ce qui explique son pouvoir cicatrisant et adoucissant.

Il existe deux substances très différentes tirées des plantes dites aloès. La première est le latex. Se présentant « sous la forme d’une sève jaune et amère», le latex est très riche en anthranoïdes (comme l'aloïne susmentionné) utilisés notamment dans les produits phytosanitaires. Le latex est aussi un très puissant laxatif pouvant entraîner une irritation de la peau et des muqueuses.

L’autre substance produite par l’aloe vera intéresse tout particulièrement le secteur de la naturopathie et de la cosmétologie : il s’agit du gel d’aloe vera. Ce dernier est devenu l’une des substances les plus réputées et les plus employées au monde en raison de ses effets apaisants et hydratants.

Ainsi, au niveau des affections dermiques, l’aloe vera calme véritablement les démangeaisons, adoucit et réhydrate les peaux sèches ou irritées. La raison tient dans la composition du gel d’aloe vera qui amollit et adoucit les tissus (ce qui correspondant à ce que l’on nomme une fonction émolliente).

Pour parvenir à ce résultat, on incise les feuilles de l’aloe vera qui sont de couleur gris-vert. On en extrait alors une pulpe qui permet, par la suite, d’obtenir un suc. C’est à partir du suc d’aloe vera que sont confectionnés des gels qui, appliqués sur la peau, apaisent les brûlures, démangeaisons et augmentent la vitesse de guérison des plaies.

À noter enfin que si le gel d’aloe vera est largement utilisé en cosmétologie et en dermatologie, on peut également le prendre par voie interne, sous forme de gélules ou de jus (attention cependant à bien les compositions car, pour être efficace, la boisson doit comprendre au moins 50 % de gel d’aloe vera).



Effets et posologie des traitements à base d’aloe vera


Globalement, les gels à base d’aloe vera aident à la cicatrisation et servent également comme antiseptique intestinal. De manière plus spécifique, ils servent à traiter les affections suivantes : colite, colopathie, brûlures (coups de soleil, irradiations…)

Les gels cicatrisants font partie des principales applications de l’aloe vera, avec une application 2 fois par jour en local. L’aloe vera sert aussi comme reconstituant des muqueuses. La posologie variera en fonction des individus et des situations mais à titre informatif elle variera de 2 à 8 cuillères à soupe par jour en interne pour les colites, colopathies spasmodiques, voire la recto- colite hémorragique, la maladie de Crohn.

Mais l’aloe vera est également connu pour ses effets bénéfiques touchant les troubles gastro-intestinaux puisqu’il est fréquemment utilisé pour ses effets laxatifs. Autrement dit, l’aloe vera facilite et accélère la digestion et le transit en ramollissant et en hydratant les selles. Toutefois, il est déconseillé d’utiliser la substance tirée de la poudre de feuille entière car cela constitue un purgatif très puissant engendrant des brûlures et une irritation douloureuses.

Sous forme de jus, l’aloe vera peut être utilisé comme antiseptique intestinal, à raison de 2 à 8 cuillères à soupe par jour. En outre, cette plante facilite l'évacuation de la bile (qui est chassée de la vésicule biliaire et conduite jusqu’à l’intestin). En cela, l’aloe vera est ce que l’on nomme « une plante cholagogue ». Ce terme signifiant « qui conduit la bile ».

Plus récemment, des études ont montré que l’aloe vera était également un antioxydant. Pour rappel, on désigne par le terme antioxydant, les molécules permettant de ralentir, voire empêcher l’oxydation d’autres substances chimiques. L’oxydation, quant à elle, désigne le phénomène au cours duquel une substance chimique vient « prendre » les électrons d’une autre. C’est ce qui provoque le vieillissement interne et externe. En cela, en diminuant cet effet d’oxydation, l’aloe vera contribue à lutter contre le vieillissement des cellules.

Enfin, les études montrent aussi que l’aloe vera aurait un effet positif pour réduire la glycémie en cas de diabète de type 2 , elle est donc hypoglycémiant et hypocholestérolémiant.


Les contre-indications


Il existe plusieurs contre-indications à l’utilisation de l’aloe vera, notamment en cas d’hémorroïdes, d’insuffisance rénale, de grossesse, d’allaitement , aux jeunes enfants ainsi qu’aux personnes souffrant du syndrome de côlon irritable, d’ulcères, de troubles cardiaques ou rénaux.

Il est inefficace en application sur des lésions infectées. En cas de surdosage ou prise sur une longue durée, des crampes abdominales et des diarrhées peuvent survenir.

Aussi, il faut savoir que l’OMS a classé l’aloe vera parmi les substances possiblement cancérigènes quand elle est consommée sous forme de pulpe.


Mon avis


En tant que naturopathe professionnelle, je recommande les gels à base d’aloe vera dans le traitement des irritations et des démangeaisons cutanées sans gravité et non infectées.

Pour le traitement des troubles digestifs, il conviendra d’essayer avant tout, de comprendre la cause avant de chercher à traiter le problème. Comme bien des cas, l’auto-médication peut s'avérer dangereuse et dans certains cas des substances moins irritantes comme les graines de lin pourront être préconisées.

Bien sûr, chaque pathologie et chaque individu étant différent, il est recommandé de consulter votre médecin ou votre naturopathe et de ne pas vous fier uniquement à des articles en ligne, pour un diagnostic poussé et une prise en charge individualisée.


Prends soin de toi et de ta foi,


Mariam, naturopathe


Inscris-toi à la newsletter pour recevoir des astuces et bons plans pour une santé naturelle en accord avec notre noble religion.


Qu’Allah vous préserve de tout mal !



Posts récents

Voir tout

La datte