L' EPP, un puissant remède naturel

Dernière mise à jour : avr. 19


Origines


Les bienfaits de l’extrait de pépins de pamplemousse ou EPP ont été découverts en 1980 par le physicien et immunologiste Jacob Harich qui en jardinant a constaté que les pépins des pamplemousses ne s’altéraient pas avec le temps.

Il a donc analysé les pépins de pamplemousse et a découvert des substances naturelles très puissantes permettant de lutter contre certains agents pathogènes. Par la suite, de nombreux scientifiques se sont intéressé aux bienfaits de cet extrait naturel et ont découvert d’autres propriétés.


Propriétés et composition


L’EPP s’obtient par broyage des pépins du pamplemousse, ils seront ensuite dilués puis mélangés à un solvant à base de glycérine ou d’alcool.

Il est composé d’acides aminés, polypeptides, acide citrique, vitamine E et autres composants mineurs. Il tire sa force dans ses flavonoïdes et sa teneur en vitamine C, d’ailleurs c’est le taux de flavonoïdes qui est gage de la qualité de l’EPP. Cette association fait de lui un puissant antioxydant. Je rappelle que les antioxydants permettent de lutter contre le vieillissement prématuré des cellules en combattant les radicaux libres et sont extrêmement utiles dans la lutte contre les maladies cardiovasculaires et certains cancers.

L’EPP est également un incroyable antibactérien, antimicrobien et antiviral naturel, à tel point qu’il est même considéré comme un antibiotique naturel. Il stimule le système immunitaire et est très intéressant en prévention des maladies hivernales.

En effet, il est actif sur environ 800 souches de bactéries et virus et 100 souches de champignons.

Contrairement aux antibiotiques chimiques, l’EPP inhibe les bactéries pathogènes au niveau intestinal, mais n’altère pas la flore dominante. L’EPP contribue donc à améliorer l’équilibre de la flore intestinale.

L’EPP est très efficace contre les infections bactériennes et virales des voies digestives comme la tourista, les intoxications alimentaires, les diarrhées infectieuses, la parasitose, il est aussi très utile dans la sphère ORL dans le cas de bronchites, angines et pharingytes.

Enfin, en tant qu’antifongique naturel, l’extrait de pépins de pamplemousse aide à prévenir et traiter les infections génito-urinaires (infections vaginales, cystite infectieuse) et le fameux candida albicans.


Comment le consommer ?


Il existe de nombreux EPP sur le marché mais attention, tous ne se valent pas !

Pour choisir un bon EPP et tirer les bienfaits de ce puissant extrait végétal, voici quelques points clés à vérifier :


La variété : Citrus Grandis est le nom latin du pamplemousse. Cependant, il existe un débat pour l’EPP entre la variété citrus grandis et son cousin citrus paradisi (qui est la variété du pomelo), certainement dû au fait que le pomelo (hybride naturel du pamplemousse et de l’orange) est souvent appelé à tort pamplemousse.

La teneur en bioflavonoïdes : puisque c’est le principe actif, c’est le gage de qualité le plus important, veillez à ce qu’il y ait au moins 400 mg de bioflavonoïdes pour 100 ml de produit.

Mode d’extraction : pépins frais extrait a froid pour garantir les vertus des pépins de pamplemousse. Un bon EPP sera fait uniquement à base de pépins (pas la pulpe, ni l’écorce).

Bio : privilégiez la filière bio pour éviter les pesticides

Composition : Fuyez les conservateurs de synthèse chlorure de benzethonium et des parabènes. Privilégiez les compositions naturelles à base de glycérine végétale.

Evitez toute formule « enrichi en vitamine C » ou « enrichi en flavonoïdes » (enrichi= de synthèse).

L’EPP se consomme aussi bien en préventif qu’en curatif et peut être pris par toute la famille même par les bébés. On le trouve en liquide mais aussi en comprimés pour ceux qui ne supporteraient pas le goût amer du pamplemousse.



Usage interne


A consommer pur sous la langue, ou dilué dans un peu d’eau.

Les doses dépendent de chaque laboratoire et varient suivant la concentration en bioflavonoïdes. A titre indicatif, une dose représente en moyenne 20 à 35 gouttes pour un adulte, 10 à 15 gouttes pour un enfant de 6 à 12 ans, 3 à 6 gouttes pour un enfant de 3 à 6 ans et 1 à 2 gouttes pour les bébés de 0 à 3 ans.

En préventif, on pourra prendre une dose, une fois à deux par jour et en curatif on pourra monter à 3 fois par jour.


En plus d’être utile pour les infections virales et l’immunité, l’EPP est un véritable couteau suisse.

Par exemple, si vous voyagez dans un pays ou l’eau est douteuse, mettez quelques gouttes d’EPP avant de la boire.

Il sera aussi utile en bain de bouche pour le traitement d’aphte et la mauvaise haleine.

Et pensez à l’EPP en cas de muguet ou de candidose, d’expérience il a sauvé bien des situations !


Usage externe


Ses propriétés antibactériennes le rendent intéressant même en tant que désinfectant ménager, on peut par exemple nettoyer ses fruits et légumes en rajoutant quelques gouttes d’EPP dans une bassine d’eau. On peut aussi en mettre dans le shampoing ou le dentifrice pour une meilleure hygiène.


L’EPP s’avère très efficace en cas de bouton de fièvre, dilué avec un peu d’huile végétale. Il sera aussi utile pour le psoriasis et la cicatrisation de plaies (dilué avec HV).

Avant toute application cutanée, il convient de faire un test pour écarter une éventuelle allergie.


Contre-indications


De manière générale, il est déconseillé de consommer de l’extrait de pépins de pamplemousse (ou même du jus de pamplemousse) en même temps que tout traitement médicamenteux.

En effet, le pamplemousse est connu pour bloquer ou inhiber l’assimilation des médicaments.


Comme tous les autres agrumes (citron, pamplemousse, orange…), il est déconseillé en cas de gastrites et d’ulcères. Et bien sûr ne pas consommer d’EPP en cas d’allergies aux agrumes.


Mon avis


Désinfectant, antifongique, antioxydant, antiviral, antibactérien, l’extrait de pépins de pamplemousse est un extrait végétal naturel très intéressant et polyvalent. Pour moi, il fait partie des « Must have » d’une trousse de pharmacie naturel.


Cependant, pour en tirer les bienfaits il faut être très scrupuleux sur l’origine de l’EPP que vous choisirez.

En préventif, 1 à 2 cures de 3 semaines d’EPP dans l’année vous aidera à soutenir votre immunité et celle de toute la famille.

Attention tout de même à veiller à ne pas en prendre si vous prenez des médicaments.


Je rappelle que ces conseils ne sauraient se substituer à une alimentation équilibrée et une bonne hygiène de vie.

Si les symptômes persistent, il est conseillé de consulter un professionnel de santé.


Mariam Naturopathe

Inscris toi à la newsletter pour recevoir des astuces et bons plans pour une santé naturelle en accord avec notre noble religion.


Posts récents

Voir tout

La datte